19 Juin 2017

La nouvelle guerre 2.0 des IoT, des objets qui nous veulent du bien ?

En 2017, nous sommes entourés par plus de 8,4 milliards d’objets connectés dans le monde. 15% de nos objets du quotidien seront connectés en 2020, leurs nombres seront donc multipliés par plus de 10. Ils devraient donc se banaliser dans nos usages, et atteindre un chiffre d’affaires à plus de 7 000 milliards de dollars.

  1. Les IoT, échec ou réussite ?

Montres, réfrigérateurs, carnets ou caméras connectés… nous les croisons dans tous les rayons des magasins spécialisés. En 2015, 1,2 million de montres connectées ont été vendues, un peu plus du double par rapport à 2014.

La majorité de ses ventes ont lieu dans les grandes villes, et plus souvent en région parisienne, creusant un fossé de l’accès au digital.

Qu’en est-il de la domotique ? Marché pourtant prometteur, il ne fait que décevoir les entreprises misant dessus. Les ventes ses produits représentent à peine 1% du chiffre d’affaires de l’électroménager et 5% du marché de la domotique.

Cet échec est marqué par la fin du 1er IoT en France, en 2005. Le lapin NABAZTAG, brillante idée, a tiré sa révérence en 2015. Cette nouvelle catégorie de produit souffre de l’image gadgets intitules, bien souvent trop cher. Leur commercialisation n’est pas assez réglementée et définie par les grands magasins. Parmi la liste des échecs, nous retrouvons l’Apple Watch ou encore la fourchette Hapilabs. Ils devaient nous changer la vie, ils sont aujourd’hui au point mort.

Les causes de leur échec :

  • Le prix rédhibitoire
  • Leur utilité
  • Leur sécurité

Des caméras de surveillance aux réfrigérateurs le nombre d’objets connectés à Internet 24 heures sur 24 s’est multiplié. Et le risque de détournement aussi.

  1. Le casse-tête des IoT

Et si l’on parlait sécurité ? Suite à plusieurs violentes cyberattaques, la sécurité des objets connectés est sérieusement remise en question. OVH, leader français des hébergeurs de sites web, en a fait les frais en septembre 2016 : Plus de 145 000 objets connectés ont été commandés sans l’accord de leur propriétaire provoquant une saturation des serveurs.

Le problème de la sécurité des objets connectés, dont le fonctionnement peut être altéré par un piratage ou dont les données peuvent être interceptées, est bien connu. Pourquoi ? Les constructeurs ne sont pas forcements spécialisés et ne possèdent pas les compétences pour protéger leurs objets. Nous vivons une étape transitoire pour les IoT, les entreprises recherchant toujours l’objet qui révolutionnera notre quotidien. Le marché actuel n’est pas encore prêt à les intégrer jugeant leur usage bien trop superficiel et ne comprenant pas leur réelle valeur ajoutée.

 


 

Et si nous inversions la tendance ?

Vos objets du quotidien méritent d’être connectés… Donnez-leur une mémoire numérique 😉

Une méthode à contre-courant : rendez vos objets du quotidien connectés grâce à nos stickers DroptheCode. Collez-leur une mémoire numérique dans la peau, interagissez avec eux et enchérissez les d’informations.

Gardez le contrôle sur vos objets et leurs informations, en régulant leur accès en mode privé. Vous décidez de qui peut lire ou éditer le contenu de votre DropCode.

Pratique pour uniquement partager avec vos amis, votre famille ou vos collèges. Les informations restent privées pour ceux ne possédant pas le pin de sécurité. C’est aussi simple que ça avec DroptheCode 😉

En espérant que cet article vous aura éclairé sur l’utilisation des objets connectés et leurs dangers, n’hésitez pas à partager votre expérience et vos utilisations.